SERGIES

Photovoltaïque


onglets

Quizz sur le flottant :

 

Tout d'abord, un petit rappel, le « flotovoltaïque » ou photovoltaïque flottant permet de valoriser des étendues d’eau artificielles généralement inexploitées, et non destinées à des activités de loisir, de pêche, ou de nautisme.

 

La plupart de ces sites sont généralement la propriété des collectivités territoriales qui expriment aujourd’hui une volonté forte de s’associer à la réussite locale de la transition énergétique.

 

Techniquement, les panneaux ne sont pas posés directement sur l’eau (heureusement), ils sont installés sur des flotteurs.

 

"Mettre des panneaux solaires sur des bâtiments agricoles, au beau milieu des champs, sur des toits d'habitation, on sait faire depuis longtemps. En revanche, capter cette énergie à la surface de l'eau, c'est tout à fait novateur." Emmanuel JULIEN, Président du Directoire de SERGIES.

Discours d'Emmanuel JULIEN lors de l'inauguration du flotovoltaïque de Saint Maurice la Clouère

 

L’histoire du site de Saint Maurice la Clouère

« Ouverte dans les années 1980 pour la construction de la centrale de Civaux, la carrière comporte aujourd’hui trois fosses. La première va être remblayée et redeviendra terre agricole. Le site actuellement en exploitation évoluera, après réaménagement et à plus long terme, en zone humide. Quant au dernier espace, inexploité depuis 2014, c’est lui qui va accueillir l’installation d’énergie renouvelable. Nous sommes très heureux que cet espace puisse être revalorisé, souligne Thomas Pellequer, responsable du site de production à GSM. Nous saisissons toutes les opportunités qui se présentent pour construire un projet autour de ces sites. »

 

Aujourd’hui, la nature a repris ces droits sur cet espace de 5 hectares et la nappe phréatique a comblé le vide. Portée par SERGIES, la réalisation de cette centrale est une première en Vienne, mais aussi en Nouvelle-Aquitaine, la deuxième en France et parmi les premières au niveau mondial. Le procédé mis au point par une entreprise lilloise consiste à poser les panneaux photovoltaïques (fabriqués par VMH à Châtellerault) sur des flotteurs pour suivre le niveau de la nappe phréatique. Les flotteurs sont reliés les uns aux autres et ancrer sur les bords du lac. »

 

Le plan d'eau avant l'installation flotovoltaïque

Les points forts du photovoltaïque flottant

 

  • Utilisation durable d’étendues d’eau sans usage : anciennes carrières, bassins écrêteurs de crues et d’irrigation, réservoirs d’eau potable ou encore bassins industriels pollués,
  • Bonne réponse au conflit d’usage des sols potentiellement utilisables par d’autres activités (agriculture, tourisme, urbanisme…),
  • Gain de production d’électricité, lié au refroidissement naturel des modules par le milieu aquatique,
  • Structure entièrement démontable et recyclable, ne nécessitant aucun terrassement,
  • Structure flottante sans risque sur des réservoirs d’eau potable,
  • Préserve les terrains de valeur,
  • Réduit les pertes par évaporation de l’eau,
  • Améliore la qualité de l’eau en limitant la prolifération des algues,
  • Convertit les espaces morts en zones rentables tout en profitant des infrastructures existantes (sous-stations, lignes électriques),
  • Par ailleurs, ces installations sont totalement réversibles et, à terme, pourront être retirées de l'eau sans laisser d'empreinte. La carrière retrouvera alors son aspect initial,
  • Son coût d’installation est notamment un peu inférieur. Ainsi, la rentabilité d’une installation de ce type peut potentiellement être meilleure.

 

Selon Ciel et Terre, les systèmes solaires flottants ne sont pas nuisibles pour l’environnement. Ils permettent notamment de réduire la prolifération des algues, problématiques pour la biodiversité aquatique. Et aucune étendue d’eau n’est jamais recouverte totalement. En effet, le taux de couverture moyen se situe entre 30 % et 60 %, sans pouvoir dépasser 70 %. Ce taux est défini selon certains facteurs comme la température, l’exposition solaire, le vent et les conditions globales du site.

 

Place aux questions :

 

Que se passe-t-il en cas de défaillance technique sur les panneaux flottants ?

En cas de défaillance technique, comme toutes nos installations, les panneaux seraient changés.

Le recylclage des panneaux photovoltaïques - source PV CYCLE

 

Quelles sont les dispositions prises en termes de sécurité électrique ?

Les câbles électriques posés sont sur les flotteurs, dans des gaines étanches, dans des chemins de câble. Donc, tout est mis en place pour la sécurité dans le domaine électrique.

 

Pour l’environnement, quelles sont les dispositions, si un ou plusieurs panneaux venaient à être endommagés et/ou à couler ? « Que se passe-t-il en cas de défaillance technique sur les panneaux flottants ? »

Comme tous les flotteurs sont reliés les uns aux autres, il est impossible que les panneaux « coulent ».

Grâce à un contrôle visuel rapide, on peut voir si un flotteur est défectueux. Par exemple, qu’il ne soit plus de niveau par rapport aux autres. Pour un meilleur suivi, une caméra est sur site. Puis des visites sont fréquemment programmées, comme tous les sites exploités par SERGIES.

 

Comment se passe le vieillissement de ce type de centrale ?

Les panneaux sont étanches et restent « basiques » par rapport à ceux installés sur les toitures ou au sol.

A Saint Maurice la Clouère, ce sont des VMH 360 Wc assemblés à Châtellerault (86) donc à proximité de la centrale.

Y-a-t-il un risque de corrosion ?

Il n’a pas de risque identifié. De plus, ce type d’installation a des normes identiques aux centrales au sol puisque rien ne touche l’eau.

 

Qu’en est-il de la pollution de l’eau ?

Les flotteurs, en contact avec l’eau, sont faits en polyéthylène haute densité (PEHD). C’est la même matière que les conduites d’eau potable, donc aucun risque de pollution.

 

Quelle est la résistance aux vagues de ces installations ?

Pour exemple du site de Saint Maurice la Clouère, la probabilité d’avoir des vagues sur le site est quasiment nulle.

« Ce sont des ilots ancrés dans la roche avec une résistance calculée en fonction du vent, du marnage, de la flottabilité et des efforts verticaux. Les flotteurs peuvent supporter des vagues de 1 mètre d’amplitude et de longueur d’onde supérieure à 6 mètres et les fixations de panneaux sont dimensionnées pour une vitesse de vent  jusqu'à 216 km/h. » Geoffroy GUILLARD, Chargé de projet à SERGIES

 

Geoffroy GUILLARD en interview pour la "pose" du premier flotteur.

 

Avez-vous des informations sur l'impact de ces installations sur la biodiversité, comparativement à d'autres sources d'énergies renouvelables ?

« L’impact sur l’environnement est estimé puis mesuré au regard des enjeux locaux faune, flore… (Pour Saint Maurice la Clouère, c’est assez faible s’agissant d’un lac de carrière). Sur une telle surface d’eau (5 ha), il était inconcevable d’installer une éolienne, une centrale hydroélectrique, de la géothermie ou toute autre source d’énergie renouvelable. Donc le comparatif n’a pas vraiment eu raison d’être sur ce site. » Hervé LECOMTE, Directeur des Opérations

 

Hervé LECOMTE Directeur des opérations de SERGIES

 

« Le rendement d’une centrale photovoltaïque sur l’eau est meilleur mais sait-on de combien par rapport à une centrale au sol classique ? »

Nous aurons le résultat réel un an après la mise en service, et préférons être sûr avoir de certifier qu'il soit meilleur.