Méthanisation

Méthanisation


onglets

Après la mise en service en 2010 de la première unité de méthanisation agricole en Région Poitou-Charentes sur la commune de LINAZAY en partenariat avec METHA BEL AIR.

SERGIES a inauguré, en collaboration avec les partenaires de BIO ENERGIES RIVAULT, la nouvelle unité de méthanisation située à BOURESSE. Sa mise en service a été effective en novembre 2017, elle produit 2 604 MWh/an soit l'équivalent de la consommation électrique de 1 200 habitants par an hors chauffage.

Fin 2018, c'est l'unité de DEMETER ENERGIES qui est mise en service. Elle produit 3 500 MWh/an de chaleur et 200 MWh en photovoltaïque en autoconsommation, ce qui équivaut à la consommation de 1 300 personnes et économise 2 000 tonnes de CO2 par an.

L'inauguration officielle s'est déroulée le 23 mars 2019.

 

ACTUALITE :

DEMETER ENERGIES vous accueille lors de portes ouvertes de 14 h à 18 h, les samedis :

  • 25 mai 2019,
  • 22 juin 2019.

 

Station de Méthanisation from Grenouilles Productions on Vimeo.


Nos dernières réalisations

 

La méthanisation est un procédé de production d’énergie à partir d’effluents agricoles ou de déchets de collectivités.

La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique en produisant une énergie renouvelable et un engrais. En l’absence d’oxygène (digestion anaérobie), la matière organique est dégradée par des micro-organismes (bactéries se trouvant à l’état naturel dans les déjections animales). Une suite de réactions biologiques conduit à la formation de biogaz et d’un digestat (répandu sur les cultures comme engrais). Pour maintenir le processus de méthanisation, la matière est placée à l’intérieur d’une grosse cuve fermée appelée le digesteur. Elle est ensuite chauffée et brassée sans entrée d’air et à l’abri de la lumière.

Il existe deux types de méthanisation, l’une en voie sèche (pour les gisements au pourcentage de matière sèche élevé) et l’autre en voie humide (pourcentage de matière liquide élevé).

Pourquoi la méthanisation ?

 

Les avantages de la méthanisation pour l’environnement :

  • Production d’énergie renouvelable locale,
  • Réduction des gaz à effet de serre,
  • Solution alternative et locale pour le traitement des co-produits agricoles, d’où une réduction des transports et une valorisation en énergie et en engrais,
  • Réduction des odeurs,
  • Participation à l’activité économique du territoire régional.

 

Comment ça marche ?

La méthanisation s’effectue en plusieurs étapes :

  • Les matières organiques sont stockées dans une pré-fosse pour être ensuite incorporées directement dans le digesteur (cuve en béton, acier ou autres matériaux, généralement cylindrique et enterrée ou hors sol),
  • La matière est ensuite brassée et chauffée au sein du digesteur. Le brassage permet d’éviter la formation de croûte en surface et la sédimentation des matières,
  • Après avoir séjourné 30 à 40 jours dans le digesteur, le substrat digéré est stocké dans une fosse appelée lagune. La lagune devra être couverte pour conserver l’azote et maximiser la récupération de méthane,
  • Enfin, le digestat est épandu dans les cultures comme engrais.

La valorisation du biogaz produit

La cogénération

La cogénération, principe le plus utilisé à la ferme, permet de produire de l’électricité et de la chaleur. Le module de cogénération est constitué d’un moteur entraînant un générateur de courant électrique appelé alternateur. La chaleur, prélevée sur le système de refroidissement du bloc-moteur et des fumées, est en partie (20 à 40 %) auto-consommée pour chauffer le digesteur. La rentabilité du projet sera influencée par le taux de valorisation de la chaleur.

L’injection dans le réseau de gaz naturel

Le biogaz doit être d’une excellente qualité pour être injecté dans le réseau public de gaz comme carburant, et doit subir plusieurs traitements. Il doit contenir 96 % de méthane et être dépourvu d’eau, de soufre, d’organo-halogénés, de carbone et de métaux.

La valorisation du digestat produit

Le digestat est la matière extraite en sortie du digesteur après fermentation et extraction du biogaz. Possédant des propriétés intéressantes (plus fluide, plus assimilable par les cultures, moins odorant…), il sera directement utilisé comme fertilisant pour les terres agricoles.

Y a-t-il un risque de mauvaises odeurs ?

Le procédé de méthanisation se déroule en milieu hermétique. Arrivée dans des bennes étanches bâchées, la matière organique est directement déchargée à l'intérieur d'un bâtiment fermé dont l'air est traité via un biofiltre pour capter et traiter les odeurs. Au final, la méthanisation ne génère pas d'odeurs, elle les réduit : elle remplace les matières organiques odorantes (fumier, lisier) par un fertilisant inodore, ce qui réduit les odeurs d'épandages !

Y a-t-il un risque d'explosion ?

Sous la bâche du méthaniseur, il y a la même quantité d'énergie que dans les citernes de gaz propane dans les jardins des particuliers. Techniquement, les effets d'une éventuelle explosion sont confinés dans l'enceinte de l'installation. Les soupapes et la torchère installées sur le site consitutent des éléments de sécurité.

Y a-t-il un risque pour la santé ?

Les unités de méthanisation ne présentent pas de risque pour la santé humaine et sont soutenues par les ministères de l'environnement et de l'agriculture. Le procédé favorise l'hygiénisation des effluents agricoles et limite ainsi les risques liés aux bactéries sur notre environnement.

DEMETER ENERGIES

3ème unité de méthanisation

Les 1ers kWh de DEMETER ENERGIES, unité de méthanisation située à MAUZE SUR LE MIGNON (79), ont été injectés fin décembre 2018 dans le réseau électrique.

SERGIES est actionnaire à hauteur de 20 % dans ce projet.

Il s’agit d’une unité de méthanisation en cogénération de 499 kW. L’électricité est injectée sur le réseau ENEDIS, la chaleur sera distribuée par un réseau de chaleur qui a été construit spécifiquement et qui alimente des installations communales et intercommunales (piscine notamment).

Extrait du courrier du l’ouest du 8 mars 2019 : « 

Depuis quelques jours, des tranchées apparaissent dans le bourg. Elles vont accueillir les gaines calorifugées qui achemineront de l'eau chaude vers les bâtiments publics. Cette eau provient de Deméter Energies, l'unité de méthanisation mise en service fin 2018. Le processus débute par l'alimentation du moteur qui entraîne la turbine génératrice d'électricité, par le biogaz issu de la méthanisation. L'eau du circuit de refroidissement de ce moteur sort à 90°. Soit une puissance thermique équivalente aux 500 kW d'électricté produite.

Cette eau chaude circulera dans un réseau de 2 km, pour chauffer la piscine dès le mois de juin, et à la rentrée, le collège, les écoles et les bâtiments municipaux. A terme, se rajoutera l'alimentation en chaleur d'un séchoir à fourrage et d'un séchoir à grains. Les travaux d'enfouissement devraient être terminés fin mars 2019.

Mauzé-sur-le-Mignon sera ainsi l’une des premières agglomérations de moins de 10 000 habitants en France, à utiliser une production de chaleur verte et renouvelable. Avant d’en arriver là, 18 000 tonnes de lisier et 3 000 tonnes de matières issues de cultures intermédiaires et de déchets céréaliers, seront apportées par les douze agriculteurs associés. L’électricité produite, rachetée par Enedis, correspond aux besoins domestiques d’environ 1 300 personnes. En outre, l’utilisation de l’eau chaude permettra de remplacer les 15 tonnes de gaz propane utilisées annuellement par le collège, les 80 000 litres de fuel nécessaires à la commune, ainsi que les 37 000 litres utilisés l’été par la piscine. Le chauffage hivernal de cette dernière continuera à utiliser le bois. »


Retour aux réalisations