Eolien

Éolien


onglets

SERGIES œuvre depuis plusieurs années en faveur du développement de l’éolien, une énergie sûre, inépuisable et abondante.

Après la mise en service du 1er parc éolien du département situé au ROCHEREAU (86). Le pays civraisien ouvre ses portes au plus grand parc éolien de la Région Poitou-Charentes, mis en service en 2014.

En 2017, le parc éolien de LA CHAPELLE MONTREUIL a été mis en service ainsi que l'extension du parc éolien du ROCHEREAU et le parc éolien d'AVESSAC (44).

Le 4 janvier 2018, SERGIES a acquis les parcs éoliens de La Bénate en Charente Maritime et de Souilly dans la Meuse. Un investissement de taille, qui représentera à lui seul 10 % de l'objectif ambitieux du groupe ENERGIES VIENNE : atteindre 45 % d'énergies renouvelables dans son mix énergétique dès 2025.

Nous vous invitons à visionner le reportage de France 3 grâce à ce lien : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/premier-1399077.html

A ce jour, le parc éolien de SERGIES comprend 18 machines un peu partout en France.

Chaque année, SERGIES propose des actions pédagogiques et a ainsi pu accueillir 200 élèves et étudiants en 2017, aux pieds des éoliennes. Pour des visites scolaires, vous pouvez contacter l'accueil de SERGIES au 05 49 44 79 42.

Nos dernières réalisations

Comme les moulins dans le temps, une éolienne permet de transformer l'énergie mécanique du vent en énergie électrique.

La Famille Fossilium vous explique tout, en suivant sur ce lien : Les aventures de la FAMILLE FOSSILIUM

Pourquoi l’éolien ?

Utilisée depuis l’antiquité (bateaux à voile, moulins à vent…) l’utilisation de l’énergie du vent a vite été remplacée par la vapeur ou le gaz plus efficace. Mais ces nouvelles méthodes ont vite posé des problèmes environnementaux. L’homme décide alors de revenir à l’exploitation du vent de manière plus compétitive et plus respectueuse de l’environnement.

Les progrès techniques ont permis de créer une machine écologique: l’éolienne. Son fonctionnement n’émet aucun gaz à effet de serre et ne produit aucun déchet. De plus, sa construction est simple, rapide et facilement réversible.

L’évolution de cette machine est rapide, grâce à l’amélioration des matériaux  et du profil des pâles nous réussissons à extraire 50 % de l’énergie du vent, contre 20 à 30 % il y a une dizaine d’années.

 

Comment sont composées les éoliennes ?

Si elles ressemblent à des moulins à vent, elles sont beaucoup plus complexes. Plusieurs organes sont nécessaires :

  • Le rotor à 2 ou 3 pâles,
  • La transmission mécanique directe ou à multiplicateur,
  • Le générateur,
  • Les circuits de gestion du courant (régulateur, onduleur…),
  • Cet ensemble de pièces est rassemblé sur la nacelle, en haut du mât.

 

Y a-t-il plusieurs types d’éoliennes ?

Effectivement plusieurs types d’éoliennes ont été développés :

  • Les bipâles (moins coûteuses) et les tripâles (mieux équilibrées et jugées plus esthétiques),
  • Les éoliennes à vitesse fixe et celles à vitesse variable,
  • Celles créées en fonction d’un environnement particulier,
  • Milieu peu venteux = plus gros rotor,
  • Milieu très venteux = éolienne renforcée ou avec un mât basculant,
  • Milieu très froid = matériaux adaptés,
  • Offshore (éoliennes en pleine mer),
  • Les petites éoliennes généralement d’une puissance inférieure à 30 kW. Elles permettent de produire suffisamment d’électricité pour alimenter les appareils électriques ou l’éclairage. Il existe plusieurs types de petites éoliennes, qui peuvent être à axe horizontal ou vertical. Celles qui sont installées sur mât culminent entre 12 et 18 mètres de hauteur.

 

Est-ce qu’elles peuvent tomber ?

Non, les éoliennes sont conçues pour fonctionner dans le vent, pour résister à des conditions difficiles, et sont construites loin des habitations. De plus, lorsque les vents atteignent 90 km/h, elles se bloquent automatiquement et les pâles tournent de façon à ce que la résistance au vent soit moindre.
Certaines, dans les endroits propices aux cyclones, sont équipées d’un mât haubane, qui permet de ramener les pâles au sol. De la même manière, certaines éoliennes résistent à des vents allant jusqu’à 250 km/h.

 

Quelle est leur durée de vie ?

Leur durée de vie est estimée à environ 20 ans, mais nous comptons les entretenir ou les remplacer, afin que les parcs produisent l'énergie le plus longtemps possible.

 

Comment construit-on un parc ?

Étape 1 : Repérer un site venté et loin des habitations (et qui a la possibilité de raccordement).

Étape 2 :
  • Proposer à la ou les communes concernées le projet d’un parc éolien,
  • Procéder à la création d’une zone de développement éolien (ZDE) au Préfet (si elle n’existe pas),
  • Négocier avec le ou les propriétaires du terrain,
  • Faire les études nécessaires (impact environnemental faune et flore, mesure du vent durant 6 à 12 mois, une enquête publique si la hauteur des éoliennes est supérieure à 50 m),
  • Présenter le projet aux populations.

Etape 3 : Faire la demande de permis de construire auprès de la Mairie concernée,

Etape 4 : Lancer la construction une fois le permis de construire obtenu et procéder au raccordement.

 

Qu’est-ce qu’une ZDE (Zone de Développement Éolien) ?

Cette zone est proposée par la Préfecture et désigne un territoire situé sur une ou plusieurs communes propices à l’implantation d’éoliennes. Elle a été inspirée des Schémas Éolien Régionaux et a été mise en place par la loi d’orientation sur l’Énergie (juillet 2005).

Toute construction réalisée sur une ZDE obtient l’obligation d’achat d’électricité. Auparavant, le tarif d’achat n’était destiné qu’aux parcs de moins de 12 MW, depuis la création des ZDE les collectivités locales peuvent donc participer au développement éolien puisqu’elles prennent en main le développement de l’éolien sur leur territoire et fixer le seuil de puissance.

Parc Eolien de La Benate en Charente Maritime

1er parc éolien acquis par SERGIES en Charente Maritime

Le 4 janvier 2018, SERGIES, entreprise du Groupe ENERGIES VIENNE, a acquis les parcs éoliens de La Bénate (Charente-Maritime) et de SOUILLY (Meuse). Un investissement de taille, qui représentera à lui seul 10% de l’objectif ambitieux du groupe : atteindre 45% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique dès 2025. 

Après plusieurs mois de négociations avec ENOVOS LUXEMBOURG SA, propriétaire initial des deux parcs, l’acquisition a été signée entre les sociétés.

SERGIES, pionnier des énergies renouvelables dans la Vienne et en Nouvelle-Aquitaine, exploitera désormais  ces nouvelles installations.

  • Le parc éolien de La Bénate, situé sur la commune d’ESSOUVERT (17) est composé de 6 machines de marque ENERCON, représentant une puissance de 12 MW, qui alimentent 12 000 habitants en électricité (hors chauffage).
  • La Ferme Éolienne de la Côte de Gibet, implantée sur la commune de SOUILLY (55), est dotée elle, de 5 machines VESTAS, d’une puissance totale de 10 MW. Ce parc a la capacité d’alimenter 10 000 habitants en électricité (hors chauffage).

Au total, ces deux parcs permettent une production annuelle conséquente de 45 GWh, équivalent à la consommation de 22 000 habitants (hors chauffage), ce qui représente 10 % de l’objectif 2025 du Groupe ENERGIES VIENNE : atteindre 450 GWh de production d’énergie renouvelable.

« Nous avons l’expertise et le savoir-faire adapté »

Ce premier rachat par SERGIES de parcs éoliens existants confirme son positionnement dans ce type d’opération.

« On est déjà directement exploitant de nombreuses centrales éoliennes et photovoltaïques en France. Nous avons l’expertise et le savoir-faire adapté à ce type d’acquisition de projets déjà en service », explique Emmanuel JULIEN, Président du Directoire de SERGIES.

Cette dernière acquisition démontre une nouvelle fois l’implication importante de SERGIES dans la Transition Énergétique pour le territoire.

Galerie photos: 

Retour aux réalisations